Artiste visuelle, je vous invite à découvrir mon atelier en visite virtuelle. Vous pourrez naviguer aux dédales de pièces diverses où quelques épisodes de mon travail vous seront exposés.

 

 

 

 

Au commencement était l'image

 

 

  

Se piquer devant une icône du Maître de Tressa, des fragments de sculptures antiques, un tableau de Gentileschi, un autre de Caravage...  un Monet, un Degas, un Pollock, Truphémus,  Bacon, Lucian Freud, Sonia Delaunay, James Ensor, de Vinci, les dessins de Foujita, de Rodin, de Schejerfbeck, d’Eugène Leroy, les encres de Gao Xingjian...

Observer et sentir la puissance des œuvres de Rebecca Horn, Annette Messager, Henri Michaux, Agnès Varda...  Margaret Cameron, Nan Goldin ou encore Claude Batho... Rire avec Sophie Calle ou Marcel Duchamp et pleurer avec Frans Krajcberg... ... Remercier à chaque levé de soleil Meret Oppenheim, Claude Cahun, Louise Bourgeois, Charlie Chaplin... ... Enfin, ne craindre aucune association hybride. Le dessin, la photographie, la poésie souvent s’imbriquent: les mots provoquent les images, les images les mots. Un agglomérat se noue autour de sentiments latents mais qui pourtant se développent comme le font les idées fixes… il faut pouvoir s’abandonner… jusqu’à ce qu’enfin l’Objet advienne. L'étude de la conservation & restauration de peintures m’a pleinement permis de comprendre qu’au final, c’est Lui seul qui compte, Lui qui - par la charge psychique, émotionnelle, politique même, qu’il diffuse et nous offre, à travers le temps et l’espace géographique où il a pris naissance - échangera avec nous, nous nourrira et sera sans doute à l’origine d’autres Objets-traces-témoignages. Le Temps compte pour moi… Les Corps charnels, déterminés biologiquement à se succéder… La Nature… De mon enfance j’ai gardé l’intuition d’un monde magique, en constantes transformations. Ce sentiment a éclos dans un milieu propice à la rêverie et à l’émerveillement. Nature, liberté, aux abords du lit de Sauc-Onna, la déesse Saône... J’essaie, par certains éléments que je fabrique ou assemble de donner forme et sens à la colère et au désarroi inhérents à notre époque. Souvent, je lie aux matières naturelles des matériaux issus de l’industrie. Par le contraste qui en résulte par l’image poétique qui parfois surgit ces objets questionnent notre société.